Kilian Jornet : la voie pour atteindre les sommets

Avec l’ascension sans matériel du Mont Everest, Kilian Jornet marque encore un peu plus l’histoire de son sport pour atteindre le rang de légende vivante de sa discipline. Le champion de trail running s’est lancé pour défi de gravir sept des plus hauts sommets au monde en y établissant de nouveaux records d’ascension et de descente et ainsi marquer à jamais l’histoire de son sport, comme, entre autre, l’italien Bruno Brunod avant lui. Dans la nuit de dimanche à Lundi, il s’est grandement rapproché de son rêve en avalant le mont Everest par la face Sud en moins de 27 heures. D’où lui vient l’énergie qui l’a conduit sur le toit du monde ? Que ce cache derrière le plaisir que cet homme prend quand il tutoie les cieux ? Retour sur le parcours de quelqu’un qui fait ce pourquoi il est né.

La volonté n’est rien sans le plaisir

Lorsque l’activité coûte de l’énergie à l’individu, il va avoir tendance à bâcler sa tâche pour s’en débarrasser le plus vite possible et si jamais l’action dure trop longtemps, il se démotivera probablement. Il utilisera un temps le ressort de la volonté pour avancer, avec le découragement et l’abandon en ligne de mire ; la volonté étant une ressource mentale extrêmement limitée.

Lorsque l’on parle de volonté, il y a une notion d’effort, voire de contrainte alors que derrière la notion de motivation se cache la notion de plaisir. Dans un cas, c’est le cerveau et la raison qui parlent ; dans l’autre, c’est le cœur, les tripes et donc l’émotionnel qui prend le dessus. On ne vit alors pas l’activité de la même manière, quelle qu’elle soit, s’il y a une obligation de faire ou bien si la mise en mouvement est due à l’envie de faire.  []

Celui qui, contrairement à Kilian Jornet, subi l’action ; a de fortes chances de repousser le réveil parce qu’il pleut, parce qu’il fait froid ou parce que la soirée de la veille a été un peu trop arrosée. Toutes les excuses seront bonnes pour rapidement remiser ses chaussures de running au placard. Cette personne se concentre sur la finalité, ne prend aucun plaisir dans l’action, s’épuise et finit par renoncer purement et simplement à ses bonnes « résolutions ».

A l’inverse, la motivation que l’on va qualifier d’instrumentale est la motivation à faire l’action, où l’on prend beaucoup de plaisir dans sa réalisation. Nous retrouvons ce levier dans les activités qui nous ressourcent, qui nous permettent d’emmagasiner de l’énergie. Celui qui, à l’image de Kilian Jornet, se dit : « je prends du plaisir communier et à être en harmonie avec la nature, à admirer l’environnement et la splendeur du levé du jour, à sentir la rosée du matin et les endorphines faire effet » ne loupera pour rien au monde une sortie parce qu’il va prendre du plaisir à faire l’action sans (presque) jamais penser au résultat final.

A travers son projet aussi hors-norme que cohérent, Summit of my life, « l’ultraterrestre » tient un levier motivationnel lui garantissant tous les matins l’énergie nécessaire pour enfiler ses baskets ou ses skis et partir pour des sorties de plusieurs dizaines de kilomètres.

Comment trouver des activités plaisir ?

« Il faut aller chercher en nous-même et savoir qui l’on est. » Kilian Jornet

Kilian Jornet a été sur-applaudi dans l’enfance sur ses capacités d’endurance. En effet, sa mère, passionnée de nature et son père guide de haute montagne, aiment raconter les balades de plus de 5h qu’ils faisaient en famille alors que kilian n’avait même pas deux ans. Cette scène fondatrice fait comprendre à l’inconscient du petit Kilian « quand je suis endurant, quand je montre que je peux marcher des heures sans me fatiguer, mes parents le voient, sont fiers de moi et m’aiment encore plus. Et j’existe au yeux de tous à travers ça puisque mes parents racontent cette anecdote dès qu’ils en ont l’occasion ».

 

 

Les conséquences de ce regard des parents sont tout bonnement hallucinantes. Il gravit son premier sommet à plus de 3 000 mètres d’altitude à l’âge de trois ans et son premier 4000m, le Breithorn dans les Alpes, à l’âge de six ans. A 20 ans, sa participation à la légendaire course de l’ultra trail du mont blanc (UTMB) n’est pour lui qu’un pur moment de bonheur, une source phénoménale de plaisir et de motivation car à ce moment précis, ce qu’il fait est en parfaite cohérence avec la scène fondatrice de sa prime enfance. Il le dit lui-même : « Ce n’est pas une course, c’est une introspection, c’est aller chercher en nous-même qui ont est. »

Il semble donc déterminant de faire ce travail d’introspection pour trouver les domaines sur lesquels nous avons été valorisés par nos référents et qui vont générer une importante source de plaisir. Ces points forts « naturels » sont à cultiver au quotidien à travers des activités plaisir car ils seront source d’épanouissement. Les activités seront alors beaucoup plus faciles à tenir sur la durée.

En résumé, pour réussir à dépasser vos ambitions et concrétiser vos rêves, il est primordial de se fixer des objectifs en lien avec des activités que l’on prend plaisir à pratiquer, activités généralement en lien avec nos zones de conforts sur lesquelles nous avons été valorisé par nos référents. Se faisant, il n’est plus nécessaire d’user jusqu’à la corde le ressort de la volonté ; la motivation à faire l’action permettant une mise en mouvement spontanée et naturelle qui recharge les batteries.

Il ne vous reste plus qu’à vous poser ces « simples » question : quel(s) projet(s) et quelles activités plaisir cohérentes avec mon ADN vont me permettre de concilier plaisir dans la durée et atteinte de mes objectifs ? A vos projets cohérents, donc ! Et bonne semaine.

Managers, découvrez tous les secrets concernant l’art de l’écoute active

Dans la grande majorité des cas, la reconnaissance est la première revendication des enquêtes de bien-être au travail et démontre, si c’était encore nécessaire, l’importance de ce levier qu’est l’écoute active. C’est en effet le moyen le plus sûr de combler ce besoin vital, créateur d’énergie, de plaisir et par conséquent, de performance. L’écoute est en effet « l’arme fatale » de tout bon manager qui se respecte. C’est un art subtile et délicat qui demande patience, bienveillance, concentration et qui exige une grande humilité. Utilisé à bon escient, c’est l’outil clé qui permettra de créer toutes les conditions pour motiver durablement vos collaborateurs et ainsi l’emmener à des niveaux de performance inégalés.

Qu’il s’agisse de fêter un succès, de débriefer une erreur, de mener un entretien annuel ou encore de gérer un collaborateur qui n’est pas lucide sur son niveau de compétence, il est impensable de faire l’impasse sur l’écoute.

Les prérequis de l’écoute active 

Il y a de nombreux prérequis pour que l’écoute du collaborateur soit la plus qualitative possible. Bien entendu, en fonction des circonstances, il n’est pas toujours facile de remplir l’ensemble de ces prérequis et il ne s’agit bien entendu pas d’attendre qu’ils soient tous réunis pour écouter, sinon les occasions se feraient rares. Mais dans la mesure du possible, il faut essayer d’en respecter le plus grand nombre pour optimiser ce temps qualitatif avec le collaborateur ou le collègue s’il s’agit de la gestion d’un projet transverse.

1.      Attitude ouverte, bienveillante et disponible : on coupe le téléphone, les mails et le regard est concentré sur l’autre.

2.      Curiosité : il est indispensable de s’intéresser sincèrement à l’autre.

3.      Prise de note : l’idée est de noter les items que l’on voudra creuser. Cela montre à l’autre que ce qu’il dit est important et va fluidifier l’échange, à condition de ne pas être concentré sur son bloc note mais bien sur ce que nous dit l’interlocuteur.

4.      Assis côté à côté ou de ¾ : on gardera le « face à face » pour les situations conflictuelles car le non verbal joue un rôle prépondérant dans la qualité de l’échange.

5.      Dans l’idéal, dans un lieu calme et neutre

6.      En individuel : le collaborateur ne se confiera pas de la même manière en présence d’un tiers ou en collectif.

Les questions ouvertes

Ce sont les questions où il est impossible de répondre par oui ou par non. Les questions fermées, notamment au début de la discussion, bloquent l’échange et ne libèrent que trop péniblement la parole de l’interlocuteur. La bonne nouvelle est que pour chaque question fermée, il existe une question identique sous forme de question ouverte.

Le management repose entre autre sur la forme de nos propos. Nous préfèrerons donc « Comment se sont passées les vacances ? » en lieu et place de « Les vacances se sont bien passées ? »

Les relances

Trois type de relances sont particulièrement efficaces et évitent le sempiternel « dis m’en plus » ou « mais encore » un peu rébarbatif et manquant terriblement de finesse.

1.      La relance écho pouvant s’accompagner de « c’est-à-dire ». L’objectif est de creuser le mot intéressant de la phrase.

–         Avec ce client c’est toujours compliqué !

–         « Compliqué ? C’est-à-dire ? »

–         Bah oui, il est tatillon et cherche toujours à négocier en mettant une pression maximale.

2.      La relance silencieuse : C’est la relance la plus efficace, la plus simple à réaliser car « il suffit » de ne rien dire, de montrer à l’interlocuteur que l’on attende qu’il poursuive et automatiquement, il va développer ses propos. L’être humain déteste les blancs et les silences. Il se sent alors obligé de développer son propos, vous n’avez qu’à compter jusqu’à 2 dans votre tête et c’est gagné ! La vraie difficulté c’est de se retenir de combler de vide, de laisser son égo de côté et de laisser à l’autre la place de s’exprimer pleinement.

3.      La relance écho sur dissonance : soit les propos de l’interlocuteur sont congruents « ton briefing est très clair, j’ai parfaitement compris ce que l’on attend de moi » soit ils sont dissonants : « globalement, ça me semble plutôt clair » et dans ce cas, il est indispensable de creuser la relance avec une relance écho sur dissonance :

–         Comment s’est passé la réunion ?

–         Dans l’ensemble, elle s’est bien passée.

–         « Dans l’ensemble », c’est-à-dire ?

–         Non mais elle s’est bien passée, c’est simplement que la tension était palpable entre Franck et Gisèle au sujet de l’implémentation du nouveau SI, le climat se dégrade de plus en plus entre les deux, il est urgent de faire quelque chose.

On apprend beaucoup en étant à l’écoute des dissonances : c’est un levier indispensable pour lire entre les lignes et savoir ce que l’interlocuteur pense réellement. « Plutôt, dans l’ensemble, globalement, relativement, pas mal, pas inintéressant, oui oui, non non… », toutes ces formulations révèlent des difficultés sous-jacentes qui méritent d’être creusées pour savoir concrètement ce que pense l’interlocuteur.

Les limites de l’empathie ou comment diriger l’échange

Il est déterminant de ne pas laisser le collaborateur tourner en rond sur les problèmes en apparences insolubles, ni de le laisser s’empêtrer dans une victimisation de sa personne luttant désespérément contre les embuches que la vie met sur son passage. Il est indispensable d’orienter la discussion pour rendre l’autre acteur de son développement en l’aidant à se projeter pour qu’il ait à nouveau prise sur le monde qui l’entoure.

« Que peux-tu faire ? Qu’est-ce qui est en ton pouvoir pour améliorer la situation ? Sur quoi as-tu prise ? » C’est l’essence même du rôle de manager coach : rendre le collaborateur acteur et responsable de l’évolution des situations. Si aucune solution n’émerge, il faut alors être capable de clore l’entretien et laisser le temps au collaborateur de faire le cheminement qui lui permettra de trouver les solutions adaptées à sa problématique.

Les opportunités de pratiquer l’écoute

Les opportunités de pratiquer sont multiples et les progrès viennent très rapidement. Vous pouvez-vous entrainer avec votre gardienne, le commerçant au pied de votre immeuble, vos enfants, vos amis ou tout autre être humain désireux de sociabiliser.

Et pour savoir si vous êtes sur la bonne voie, posez-vous sincèrement la question à chaque fois que l’échange avec un collaborateur se termine : qui a davantage parlé ? Est-ce lui ou bien moi ? L’échange lui a t-il permis de se recharger en énergie ou bien repart-il plombé et démoralisé ?

En définitive, l’écoute active est un levier facilement accessible, et l’essayer c’est l’adopter.

Thomas Pesquet : pourquoi il a atteint la stratosphère

Thomas Pesquet est le 10ème astronaute français de l’histoire à sortir dans l’espace. Après une première sortie qui a impressionné en haut lieu à la NASA, il a été reprogrammé pour deux autres sorties. Il effectuera sa troisième sortie ce jeudi 6 avril et à cette occasion, nous revenons sur les raisons qui permettent aujourd’hui à cet astronaute « normal » de marquer l’histoire de la conquête spatiale. Bien entendu, ces leviers, qui nécessitent une introspection pour être mis en lumière, peuvent aussi être activés par chacun d’entre nous, à notre niveau, dans notre quotidien professionnel et personnel.

Une scène fondatrice qui autorise Thomas Pesquet à rêver grand.

Quand il était petit, Thomas Pesquet passait des heures entières à jouer avec une navette spatiale en carton que lui avait fabriqué son père. C’est une scène fondatrice qui marquera indéniablement un tournant dans sa vie car, de ces instants d’insouciance, naîtront la passion pour l’aérospatiale et la volonté d’y consacrer sa vie.

Une scène fondatrice est une scène, positive ou non, qui marque profondément un individu et qui oriente ses choix de vie. Et le plus souvent, les référents primaires sont présents. De là peuvent découler des passions, des points forts, des zones de plaisir ou une motivation revancharde qui va nous donner l’énergie de ne plus revivre la même déconvenue.

Des référents qui donnent des valeurs et des bases solides qui structurent l’engagement

« Mes parents m’ont donné des racines et des ailes. » Thomas Pesquet

Thomas Pesquet est le fils d’un professeur de Maths-Physique et d’une mère institutrice. Nous pouvons en déduire qu’il a été soutenu, encouragé et valorisé sur ces différents sujets et que cette atmosphère studieuse a favorisé l’épanouissement de celui qui évolue aujourd’hui dans un univers où la rigueur et la minutie sont déterminants. Ses fondements sont en tout cas parfaitement cohérents avec son projet de vie.

De son éducation découlent des valeurs qui transpirent dans chacun de ses actes et sont particulièrement cohérentes avec son métier et la mission qui est la sienne. Adaptabilité, Rigueur, Simplicité, Humilité et Curiosité, ces fondements sont aussi nombreux que diversifiés et c’est peut-être aussi comme cela, qu’il fait la différence.

La polyvalence, point fort différenciant d’un « touche à tout »

Thomas Pesquet est ceinture noire de judo, il pratique de nombreux sport, du basket au rugby en passant par le squash ou le ski. Il joue du saxo, il fait du parachute, de la plongée, il parle 5 langues, apprend le chinois et se dit passionné de littérature.

Il n’excelle ni n’est le meilleur dans aucun domaine mais il est très bon dans de très nombreux domaines et compte tenu de toutes les qualités nécessaires, c’est cette « pépite » qui a fait la différence au moment où il a fallu choisir 6 candidats sur plus de 8 000 candidats lors des sélections de la NASA. Sans oublier les années d’efforts, de travail, d’endurance et de sacrifices.

Être cloitré dans un espace confiné pendant 6 mois avec des personnes que l’on n’a pas choisies peut rapidement devenir un enfer. Il est donc nécessaire de savoir passer d’un rôle de leader à un rôle de suiveur. Avenant, humble, professionnel, il faut avoir des qualités de bon coéquipier : patience, écoute, et surtout flexibilité. C’est une des caractéristiques de l’astronaute utile à chaque étape d’une gestion de projet, quel qu’il soit.

Une mission qui a du sens et qui facilite la communication et le « brand content »

Tous les observateurs s’accordent pour dire que Thomas Pesquet maîtrise à merveille l’art de la communication et louent sa capacité à nous faire comprendre le sens de sa mission. La station spatiale est avant tout un laboratoire de recherche : vaccins, encapsulation de médicament, alliages, coque de l’Iphone 6, exploration spatiale, climat, les retombées scientifiques concrètes semblent n’avoir aucune limite.

L’astronaute s’est donc parfaitement adapté à cette exposition médiatique et joue pleinement son rôle d’ambassadeur. Il se montre soucieux de partager son aventure avec le plus grand nombre en la rendant accessible et concrète, sans détour ni langue de bois. Et c’est aussi parce que le Français a parfaitement compris le sens de sa mission qu’il est capable de la mener à bien, et avec de tels résultats.

En résumé, Thomas Pesquet s’est construit sur des bases et des valeurs solides en cultivant la polyvalence qui siée à sa mission. C’est un héros « ordinaire », pas exceptionnel mais excellent dans de nombreux domaines, qui s’autorise à formuler des projets ambitieux. Voir l’Homme atteindre Mars, c’est son prochain rêve. Alors pourquoi pas lui ?

Il est la preuve vivante que se donner les moyens de croire en ses rêves permet de décrocher la Lune, et sans doute la planète rouge. Quoi qu’il advienne, nous lui souhaitons de continuer à rêver grand pour être plus que jamais le fer de lance de la conquête spatiale, pour la plus grande fierté de la France et de l’humanité.

Chief Happiness Officer, ou l’art de mettre les molécules du bonheur en ébullition

Le très sérieux poste de Chief Happiness Officer ou CHO n’en est encore qu’à ses balbutiements mais il fait déjà partie des 5 métiers qui recruteront le plus demain. Nous explicitons ici le fonctionnement des quatre neurotransmetteurs constitutifs du bonheur pour déterminer les leviers d’action qui permettent de stimuler ces leviers motivationnels déterminants. Sensation d’un bien-être psychique et physique, amour, plaisir, leadership, plénitude, envie de mener des projets, motivation, énergie, confiance et estime de soi : la grande majorité des facteurs que l’on considère comme des composants du bonheur ont des constituants neurobiologiques.

A travers l’action de ces hormones, l’objectif est de mettre en exergue les responsabilités du CHO qui, demain, influera de manière probante sur le bien-être des collaborateurs, et par voie de conséquence, sur les performances globales de l’entreprise. Analyse scientifique d’un métier d’avenir plus challengeant et complexe que ce que l’on pourrait croire de prime abord.

Piloter l’activité avec proximité pour stimuler la Dopamine

La dopamine, qualifiée d’hormone de l’action, intervient dans la motivation, la projection d’émotions positives et nous pousse à aller de l’avant. Un bon niveau de dopamine favorise la mobilisation des énergies et encourage l’activité. L’excès de dopamine engendre l’état euphorique qui incite à rechercher des situations à risque et à l’inverse, une carence de cette substance rend passif, en plongeant l’individu dans un état réactif où il subit les choses, à la limite de la léthargie.

Il y a différents éléments qui favorisent la production de dopamine. L’activité physique augmente le taux de calcium, indispensable pour sa production et son utilisation par les cellules cérébrales. Il en va de même pour l’alimentation saine.

Les messages positifs que l’on reçoit sont aussi un excellent moyen d’augmenter le taux de celle que l’on appelle « l’hormone de la récompense. » Lorsque nous obtenons quelque chose que nous convoitions, de la reconnaissance de nos référents, un succès professionnel ; l’atteinte d’un objectif ; notre cerveau procède à une libération massive de dopamine qui génère une intense sensation de satisfaction.

A ce sujet, de récentes expériences suggèrent que l’anticipation même de la récompense favoriserait la libération croissante de substance et permettrait d’entretenir la motivation tout au long de la tâche effectuée. En d’autres termes, c’est la promesse d’une libération massive de dopamine qui nous incite à agir pour obtenir ce que nous désirons. D’où son rôle central dans le processus de motivation. Nous parvenons ainsi à rester motivés malgré le fait que l’obtention de notre objet de désir soit différée dans le temps. C’est elle que l’on ressent lors de l’atteinte de gros objectifs mais aussi lorsque l’on coche avec satisfaction une tâche de sa To-Do-List ou que l’on fait le tri de ses emails.

A cet égard, le Chief Happiness Officer devra donc être l’ambassadeur du fonctionnement en mode projet. Cette dynamique permet en effet de faire des points réguliers sur l’état d’avancement des sujets, de mesurer le chemin parcouru et de piloter la motivation et l’énergie des équipes dans la durée.

Le taux de sérotonine dépend notamment de la qualité de la relation

L’ensoleillement, le sport, les relations sociales, les pensées positives et les contacts physiques agissent positivement sur l’ensemble de l’organisme à travers une hormone, la sérotonine. Cette dernière influence de façon positive le comportement et l’humeur de l’individu. Elle apporte calme, bien être et confiance en soi. Elle est également responsable du sentiment d’appartenance, de fierté du statut social et joue un rôle dans la mécanique de reconnaissance.

Il incombe donc au Chief Happiness Officer d’intervenir sur l’agencement des espaces de travail, ces derniers ayant un réel impact sur le bien-être des équipes. Des espaces de travail ensoleillés, une salle de sport, une cantine proposant des produits de qualité et sains, sans oublier d’inciter les collaborateurs, à travers l’organisation d’évènements du type cours de yoga, à pratiquer certaines disciplines de développement personnel telle que la méditation, un outil essentiel pour accéder à l’équilibre émotionnel.

La sérotonine est diffusée quand on se sent important et utile. En d’autres termes, comprendre le sens et l’utilité des tâches qui nous sont confiées a un impact prépondérant sur l’envie de les réaliser. La sécrétion de la sérotonine nous apporte alors une humeur positive et constructive et nous permet de mener à bien nos projets.

Le CHO doit donc faire vivre l’idée qu’une entreprise jouissant d’un ADN cohérent verra le bonheur sonner à sa porte. Un ADN cohérent et formalisé permettra en effet à chacun de raccrocher ses tâches quotidiennes à la mission intemporelle de l’entreprise et aura donc, à juste titre, le sentiment d’être utile et de faire un travail qui a du sens et une réelle valeur ajoutée. Bien entendu, l’efficacité de ce levier dépendra aussi de la capacité du système à implémenter des projets pertinents, en cohérence avec la raison d’être de l’entreprise.

L’ocytocine : l’hormone du lien humain.

Elle est l’hormone de l’amour, de l’amitié, de la générosité et du lien humain. Nous la libérons lorsque nous passons du temps à la construction de la relation en face à face, celle qui nécessite une réelle intelligence émotionnelle et non pas celle qui existe via emails ou au travers des réseaux sociaux. Puisqu’elle nous permet de créer de vraies relations, elle renforce également la sensation de sécurité, la confiance, la sérénité et elle donne un coup de fouet à notre système immunitaire.

L’anxiété et le stress chronique fragilise petit à petit notre système immunitaire et inhibe la production d’ocytocine (et avec notre capacité à l’empathie et la générosité) conduisant certains au burn-out. Le stress inhibe aussi notre accès à la pensée claire. En d’autres termes, il nous empêche d’avoir l’esprit disponible pour les raisonnements logiques et l’action efficace. Nous évoluons alors dans les territoires limbiques de notre cerveau, sièges des émotions, avec la peur comme principal « carburant », et nous sommes dans l’incapacité de faire appel à notre cortex préfrontal, siège de la pensée.

Dès lors, il nous est impossible de communiquer efficacement avec nos congénères et chaque échange a de fortes chances d’ajouter encore d’avantage de complexité à une situation déjà tendue. Quand un manager stress ou contribue au stress de ses équipes, il va à l’encontre de l’efficacité et se place aux antipodes du principe même de leadership.

Il incombe donc au Chief Happiness Officer de permettre aux managers de proximité de faire vivre les conditions de la motivation auprès de ses équipes. Donner du sens, fixer des exigences motivantes, favoriser le développement des collaborateurs à travers une valorisation des progrès et des débriefings stimulants, poser un cadre et un système de valeurs en le faisant vivre dans la durée, toutes ces missions auront un réel impact sur l’état d’esprit et le bien-être des équipes. S’ajoute à cela la canalisation de l’affect qui permettra de gérer le stress et de rester factuel dans les moments où la tension sera un peu plus forte qu’à l’accoutumée.

ENDORPHINE : l’hormone du bien être psychique et mental

Il est à noter que le rire et l’activité sportive sont des éléments simples mais particulièrement efficaces pour déclencher la génération d’endorphine. Et ces dernières participent de plusieurs façons à notre santé et à notre bien être psychique et mental :

  • Elles permettent la diminution du stress et de l’angoisse, et par conséquent, favorise les échanges « d’adultes à adultes ».
  • Grâce à elles, le système immunitaire est plus résistant, ce qui contribue en toute logique à diminuer le nombre d’arrêts maladie des collaborateurs même si ceux causés par les virus et les bactéries ne sont pas les plus problématiques. En revanche, les arrêts maladie pour manque profond d’énergie sont en effet bien plus néfastes mais cela tombe bien, c’est aussi au Chief Happiness Officer, à travers la création des conditions de la motivation, de résoudre ce type de problématiques.
  • Elles améliorent de la qualité du sommeil et par voie de conséquence, jouent un rôle prépondérant sur l’humeur, le dynamisme, l’enthousiasme et la concentration des équipes.

Le CHO est donc le garant de l’atmosphère qui règne dans l’entreprise et, à travers des temps collectifs réguliers tout au long de l’année, il favorisera le dynamisme et un état d’esprit positif pour l’ensemble des équipes.

En résumé, les 5 missions transverses, concrètes et centrales du Chief Happiness Officer

Le Chief Happiness Officer doit donc jouer un rôle prépondérant sur l’organisation de l’entreprise à travers cinq missions bien distinctes :

  1. La formalisation d’un ADN cohérent pour donner du sens
  2. Le fonctionnement en mode projet pour garantir l’endurance des équipes
  3. Le développement de l’intelligence émotionnelle des managers
  4. L’agencement de l’environnement de travail
  5. L’organisation de temps collectifs et de moments festifs

Plusieurs études très sérieuses, la plupart venues de prestigieuses universités d’Amérique du Nord tel que Harvard ou le MIT, démontrent une corrélation évidente entre la proportion de salariés heureux et épanouis et la performance globale de l’entreprise à laquelle ils appartiennent. Par exemple, l’étude révèle qu’un « salarié heureux est en moyenne deux fois moins malade, six fois moins absent et qu’il serait neuf fois plus loyal que les salariés peu épanouis dans leur quotidien professionnel. » C’est dire l’immense responsabilité qui repose désormais sur les épaules de celui qui orchestre le bonheur en entreprise. De l’organisation en mode projet aux conditions de travail, en passant par l’agencement des espaces détente et des salles de réunions qui libèrent la créativité de chacun ; sans oublier le développement de l’intelligence émotionnelle des managers de proximité et la cohérence globale de l’ADN de l’entreprise, les champs d’actions du Chief Happiness Officer sont aussi stratégiques que diversifiés. Il s’agit donc bien d’un poste qui, avec l’intérêt croissant des salariés pour le développement personnel, va prendre une place de plus en plus centrale au sein des organisations.

 

 

Churchill, une incroyable énergie au service d’une détermination à toute épreuve

Churchill disait, « Agissez comme s’il était impossible d’échouer. » A l’occasion de l’anniversaire de sa mort, nous revenons sur le parcours hors du commun de celui qui restera le chef de guerre, sauveur du monde libre, qui se dressa contre la barbarie nazie. Soldat, correspondant de guerre, écrivain, peintre, député, Premier Ministre, Prix Nobel ; il n’y a pas de superlatif assez fort pour décrire le parcours de celui que l’on surnommait « le vieux lion ». D’où venait l’incroyable énergie de ce fonceur invétéré ? D’où lui venait la ténacité qui lui a permis de mobiliser derrière lui un pays tout entier ? Analyse de la vie d’un géant qui a marqué le XXème siècle d’une empreinte indélébile.

1.      Une enfance douloureuse résultant d’un profond manque de reconnaissance.

Winston Churchill est issu d’une des plus illustres familles d’Angleterre. Son ancêtre le Duc de Marlborough, John Churchill, a vaincu les troupes de Louis XIV en 1704 et a reçu en récompense le château de Blenheim.

Enfant de l’ère victorienne, passionné par l’épopée de ses ancêtres, il rumine des histoires de soldats, de batailles et de guerres. Il est fasciné par les tapisseries de son aïeul menant des batailles sur son cheval et baigne dans un univers guerrier dès sa plus tendre enfance. Cet environnement aura bien entendu une forte influence sur celui qui passe alors son temps à jouer au petit soldat.

Ce cadre en apparence idyllique masque en réalité la part la plus triste et la plus sombre de son histoire : l’indifférence de ses parents. Trop occupés à courir les mondanités et les garden parties, ils délaissent totalement le petit Winston qui sera éduqué, comme le veut la tradition victorienne, par sa nourrice et pour ainsi dire sa mère de substitution.

Surnommé par ses proches « le petit bulldog », il fait l’unanimité auprès de ses professeurs : c’est un enfant exécrable et odieux, qui gâche de formidables capacités. Sans doute cherche-t-il, à travers ce comportement, à attirer l’attention, lui qui manque constamment de la plus basique reconnaissance parentale. « J’ai grandi dans la poche de son gilet, oublié comme un penny. »

Envoyé en pension assez jeune, il ne reçoit jamais plus d’une visite parentale par an malgré ses supplications incessantes. Pour atténuer sa solitude affective, il peuple son adolescence de lectures et fera de la littérature et de l’écriture un fil conducteur de son aventure épique.

Churchill voue une admiration sans faille à son père. Il apprend par cœur ses discours, remplit des albums entiers où il compile tous les articles et les caricatures, lui vouant au quotidien au véritable culte. Il lui consacrera d’ailleurs deux ouvrages biographiques. Et pourtant, son père, n’ayant à lui offrir que du mépris, le rabaisse constamment. Le plus parlant pour illustrer leur relation tumultueuse reste cet extrait de leurs échanges épistolaires : « Vous êtes la plus grande déception de ma vie et vous ne serez jamais qu’un raté, un perpétuel recalé, un rebus de la société et vous mènerez une vie médiocre et misérable jusqu’à la fin de vos jours. »

Après avoir vu sa carrière politique exploser en plein vol après un vote de son budget contesté, Randolph Churchill meurt prématurément le 24 janvier 1895 à l’âge de 46 sans jamais avoir accordé la moindre reconnaissance à son fil mal aimé. C’est à ce moment que Winston devient réellement Churchill. A 20 ans, il devient un homme pressé, pressé d’accomplir de grandes choses, étant persuadé qu’il mourra jeune lui aussi. Dès lors, il ne s’arrêtera plus et fera preuve d’une détermination à toute épreuve.

2.      La motivation revancharde, source du rêve qui va lui permettre d’écrire l’histoire.

La motivation revancharde nait d’un échec, d’une frustration ou potentiellement d’une humiliation. C’est une scène fondatrice où l’on se dit : « je ferai tout pour laver l’affront, pour ne plus revivre pareille déception ou désillusion ». En l’occurrence, Churchill se dit : « Je prouverai à mon père que je ne suis pas un raté ou la honte de ma lignée, et le seul moyen d’y parvenir, c’est de marquer l’Histoire de mon empreinte. »

Dès lors, il est pressé d’accomplir de grandes choses avant que la mort ne l’emporte à son tour. Cette motivation va lui donner l’énergie de définir un projet extrêmement ambitieux et d’accomplir ses rêves. Il a été le fils indigne, il va mettre toute son énergie pour être à la hauteur de son ancêtre. « L’ Histoire me sera indulgente, car j’ai l’intention de l’écrire. »

Ne voulant pas utiliser son nom, la renommée de son père ou son réseau d’influence, il décide se faire seul pour que l’on ne puisse pas l’accuser de tirer parti de sa filiation. Il part sur tous les fronts de l’empire colonial britannique en quête d’action car il subodore que c’est le moyen pour lui de se distinguer. Inde, Soudan, Cuba, Afrique du sud, il sera célébré à son retour en héros de l’empire. Les articles envoyés du front par dizaines ont bien entendu participés à construire la renommée lui permettant de sortir du lot et d’être élu député à l’âge de 26 ans.

Il participe à 14 élections, écrit 14 livres, des centaines d’articles et de discours, dont plusieurs passeront à la postérité. Il reçoit le prix Nobel de littérature pour son récit de la seconde guerre mondiale et sera également père de cinq enfants. Il fourmillera d’idées tout au long de sa vie.

 » Churchill a deux cents idées par jour dont quatre seulement sont bonnes mais il ignore lesquelles ». Franklin D. Roosevelt

Trompe la mort, il survit à cinq conflits armés où il est en première ligne sans jamais être blessé. Il échappe à trois accidents d’avion qui en auraient tué plus d’un et frôle la mort en se faisant renverser par une voiture à New-York. A l’âge de 65 ans, il devient le dernier rempart pouvant empêcher les hordes nazies d’envahir la Grande Bretagne. Le bulldog sera le symbole de l’Angleterre qui lutte et qui ne renonce jamais.

En revanche, il est intéressant de noter qu’aux moments où Churchill cesse d’être en projet, son extraordinaire énergie l’abandonne aussitôt. Après chaque revers politique et militaire, inévitable en 60 années de carrière politique, la dynamique du projet est brisée. Dès lors, il sombre dans de profondes dépressions qu’il appellera son « black dog ».

Derrière ces revers, c’est son père qu’il décevait, ce qu’il ne supportait que très difficilement. Il luttera toute sa vie dans cette quête du deuil impossible de la reconnaissance du père, celle qu’il n’obtiendra jamais, malgré ses services rendus. Le poids de l’ombre de son père n’a cessé d’être présent et d’orienter obscurément sa vie, qui pouvait parfois être extrêmement sombre. Ce rapport au père revêt un côté totalement obsessionnel tout au long de la vie du fougueux Winston.

3.      Utiliser ses talents naturels pour réaliser ses rêves.

« Deviens qui tu es et accomplis ce que tu es le seul à pouvoir accomplir. » Nietzsche

Ce parcours extraordinaire n’a rien à voir avec la chance. Churchill est plutôt un parfait exemple pour illustrer deux de nos croyances les plus profondes.

Nous n’atteindrons que ce que l’on vise : sans un rêve très ambitieux, la réussite n’est pas possible. Le rêve est moteur, il nous met en mouvement et donne à l’être humain une énergie phénoménale au quotidien. Le rêve de Churchill était de faire de grandes choses pour marquer l’Histoire et ainsi obtenir la reconnaissance de son père, même à titre posthume. Ce rêve ultime a généré en lui une énergie endogène et a guidé ses actes héroïques tout au long de sa vie.

Nous ne pourrons nous réaliser qu’en utilisant nos points forts : il y a des milliers de chemins différents pour réaliser le même rêve mais à titre individuel, un seul et unique chemin nous permettra d’y parvenir. Et ce n’est qu’en étant aligné avec qui nous sommes et en étant lucide sur nos points forts que nous parviendrons à atteindre nos plus belles ambitions. Encore faut-il parvenir à s’autoriser à rêver dans une société où notre cerveau droit, siège de l’onirisme et de l’intelligence émotionnelle, est totalement inhibé depuis notre arrivée à l’école primaire.

Un jour, Winston Churchill confia : « Aujourd’hui, nous sommes le 24 janvier. C’est le jour où mon père est mort. C’est le jour où je mourrai moi aussi. » Churchill tombe dans le coma le 10 janvier 1965 mais, comme il l’avait annoncé 12 ans auparavant, résiste jusqu’au 24 janvier. 70 ans, jour pour jour, heure pour heure après le décès de son père. Même sa mort est un ultime appel à celui qui l’a tant méprisé.

Cette dernière anecdote révèle finalement la clé de l’énigme Churchill. Son moteur secret et les principales facettes de cet homme d’exception ont la même source. Il puise sa puissance guerrière dans la genèse familiale, sa ténacité découlera de son surnom quand il était enfant et ses qualités d’orateurs et d’écrivain découlent de l’admiration qu’il porte aux discours de son père. Son infaillible ambition le pousse à réussir là où son père a échoué pour redorer le blason familial et son incroyable énergie émane de cette formidable mise en projet, rendue possible par la blessure originelle de n’avoir jamais existé aux yeux de son père.

En résumé, la recherche de reconnaissance d’un père idolâtré et une cohérence entre ses actes et ses points forts naturels ; tels sont les fondements qui ont structuré la personnalité complexe de Winston Churchill. C’est une preuve supplémentaire que l’Homme se structure avant tout à travers un besoin viscéral de reconnaissance ; ou à défaut d’en recevoir, à travers une motivation revancharde qui permettra de pallier ce manque insupportable, à condition d’être aligné sur ses points forts. En définitive, le père de Churchill, par son manque d’humanité, a finalement contribué à sauver ce qui restait de l’Humanité.

Teddy Riner : le champion sous pression qui sait gérer le stress

C’est officiel depuis hier, le judoka Teddy Riner sera le porte-drapeau qui représentera la France aux jeux olympiques de Rio cet été. N’en déplaise aux superstitieux, il n’y a que très peu de chances que la « malédiction » qui frappe les portes drapeaux français depuis 2002 vienne perturber celui qui sait gérer le stress et la pression mieux que quiconque. Explications. Continuer la lecture de « Teddy Riner : le champion sous pression qui sait gérer le stress »

DiCaprio, la palme de la résilience

Que ce soit dans Titanic, où l’univers tout entier semble comploter pour l’éloigner irrémédiablement de l’être aimé, dans Shutter Island où une île toute entière conspire contre lui, et bien entendu dans The revenant où il doit survivre, seul, dans le grand ouest, DiCaprio brille dans les rôles où le personnage résiste, lutte contre l’adversité et ne renonce jamais. Continuer la lecture de « DiCaprio, la palme de la résilience »