Managers, découvrez tous les secrets concernant l’art de l’écoute active

Dans la grande majorité des cas, la reconnaissance est la première revendication des enquêtes de bien-être au travail et démontre, si c’était encore nécessaire, l’importance de ce levier qu’est l’écoute active. C’est en effet le moyen le plus sûr de combler ce besoin vital, créateur d’énergie, de plaisir et par conséquent, de performance. L’écoute est en effet « l’arme fatale » de tout bon manager qui se respecte. C’est un art subtile et délicat qui demande patience, bienveillance, concentration et qui exige une grande humilité. Utilisé à bon escient, c’est l’outil clé qui permettra de créer toutes les conditions pour motiver durablement vos collaborateurs et ainsi l’emmener à des niveaux de performance inégalés.

Qu’il s’agisse de fêter un succès, de débriefer une erreur, de mener un entretien annuel ou encore de gérer un collaborateur qui n’est pas lucide sur son niveau de compétence, il est impensable de faire l’impasse sur l’écoute.

Les prérequis de l’écoute active 

Il y a de nombreux prérequis pour que l’écoute du collaborateur soit la plus qualitative possible. Bien entendu, en fonction des circonstances, il n’est pas toujours facile de remplir l’ensemble de ces prérequis et il ne s’agit bien entendu pas d’attendre qu’ils soient tous réunis pour écouter, sinon les occasions se feraient rares. Mais dans la mesure du possible, il faut essayer d’en respecter le plus grand nombre pour optimiser ce temps qualitatif avec le collaborateur ou le collègue s’il s’agit de la gestion d’un projet transverse.

1.      Attitude ouverte, bienveillante et disponible : on coupe le téléphone, les mails et le regard est concentré sur l’autre.

2.      Curiosité : il est indispensable de s’intéresser sincèrement à l’autre.

3.      Prise de note : l’idée est de noter les items que l’on voudra creuser. Cela montre à l’autre que ce qu’il dit est important et va fluidifier l’échange, à condition de ne pas être concentré sur son bloc note mais bien sur ce que nous dit l’interlocuteur.

4.      Assis côté à côté ou de ¾ : on gardera le « face à face » pour les situations conflictuelles car le non verbal joue un rôle prépondérant dans la qualité de l’échange.

5.      Dans l’idéal, dans un lieu calme et neutre

6.      En individuel : le collaborateur ne se confiera pas de la même manière en présence d’un tiers ou en collectif.

Les questions ouvertes

Ce sont les questions où il est impossible de répondre par oui ou par non. Les questions fermées, notamment au début de la discussion, bloquent l’échange et ne libèrent que trop péniblement la parole de l’interlocuteur. La bonne nouvelle est que pour chaque question fermée, il existe une question identique sous forme de question ouverte.

Le management repose entre autre sur la forme de nos propos. Nous préfèrerons donc « Comment se sont passées les vacances ? » en lieu et place de « Les vacances se sont bien passées ? »

Les relances

Trois type de relances sont particulièrement efficaces et évitent le sempiternel « dis m’en plus » ou « mais encore » un peu rébarbatif et manquant terriblement de finesse.

1.      La relance écho pouvant s’accompagner de « c’est-à-dire ». L’objectif est de creuser le mot intéressant de la phrase.

–         Avec ce client c’est toujours compliqué !

–         « Compliqué ? C’est-à-dire ? »

–         Bah oui, il est tatillon et cherche toujours à négocier en mettant une pression maximale.

2.      La relance silencieuse : C’est la relance la plus efficace, la plus simple à réaliser car « il suffit » de ne rien dire, de montrer à l’interlocuteur que l’on attende qu’il poursuive et automatiquement, il va développer ses propos. L’être humain déteste les blancs et les silences. Il se sent alors obligé de développer son propos, vous n’avez qu’à compter jusqu’à 2 dans votre tête et c’est gagné ! La vraie difficulté c’est de se retenir de combler de vide, de laisser son égo de côté et de laisser à l’autre la place de s’exprimer pleinement.

3.      La relance écho sur dissonance : soit les propos de l’interlocuteur sont congruents « ton briefing est très clair, j’ai parfaitement compris ce que l’on attend de moi » soit ils sont dissonants : « globalement, ça me semble plutôt clair » et dans ce cas, il est indispensable de creuser la relance avec une relance écho sur dissonance :

–         Comment s’est passé la réunion ?

–         Dans l’ensemble, elle s’est bien passée.

–         « Dans l’ensemble », c’est-à-dire ?

–         Non mais elle s’est bien passée, c’est simplement que la tension était palpable entre Franck et Gisèle au sujet de l’implémentation du nouveau SI, le climat se dégrade de plus en plus entre les deux, il est urgent de faire quelque chose.

On apprend beaucoup en étant à l’écoute des dissonances : c’est un levier indispensable pour lire entre les lignes et savoir ce que l’interlocuteur pense réellement. « Plutôt, dans l’ensemble, globalement, relativement, pas mal, pas inintéressant, oui oui, non non… », toutes ces formulations révèlent des difficultés sous-jacentes qui méritent d’être creusées pour savoir concrètement ce que pense l’interlocuteur.

Les limites de l’empathie ou comment diriger l’échange

Il est déterminant de ne pas laisser le collaborateur tourner en rond sur les problèmes en apparences insolubles, ni de le laisser s’empêtrer dans une victimisation de sa personne luttant désespérément contre les embuches que la vie met sur son passage. Il est indispensable d’orienter la discussion pour rendre l’autre acteur de son développement en l’aidant à se projeter pour qu’il ait à nouveau prise sur le monde qui l’entoure.

« Que peux-tu faire ? Qu’est-ce qui est en ton pouvoir pour améliorer la situation ? Sur quoi as-tu prise ? » C’est l’essence même du rôle de manager coach : rendre le collaborateur acteur et responsable de l’évolution des situations. Si aucune solution n’émerge, il faut alors être capable de clore l’entretien et laisser le temps au collaborateur de faire le cheminement qui lui permettra de trouver les solutions adaptées à sa problématique.

Les opportunités de pratiquer l’écoute

Les opportunités de pratiquer sont multiples et les progrès viennent très rapidement. Vous pouvez-vous entrainer avec votre gardienne, le commerçant au pied de votre immeuble, vos enfants, vos amis ou tout autre être humain désireux de sociabiliser.

Et pour savoir si vous êtes sur la bonne voie, posez-vous sincèrement la question à chaque fois que l’échange avec un collaborateur se termine : qui a davantage parlé ? Est-ce lui ou bien moi ? L’échange lui a t-il permis de se recharger en énergie ou bien repart-il plombé et démoralisé ?

En définitive, l’écoute active est un levier facilement accessible, et l’essayer c’est l’adopter.

Chief Happiness Officer, ou l’art de mettre les molécules du bonheur en ébullition

Le très sérieux poste de Chief Happiness Officer ou CHO n’en est encore qu’à ses balbutiements mais il fait déjà partie des 5 métiers qui recruteront le plus demain. Nous explicitons ici le fonctionnement des quatre neurotransmetteurs constitutifs du bonheur pour déterminer les leviers d’action qui permettent de stimuler ces leviers motivationnels déterminants. Sensation d’un bien-être psychique et physique, amour, plaisir, leadership, plénitude, envie de mener des projets, motivation, énergie, confiance et estime de soi : la grande majorité des facteurs que l’on considère comme des composants du bonheur ont des constituants neurobiologiques.

A travers l’action de ces hormones, l’objectif est de mettre en exergue les responsabilités du CHO qui, demain, influera de manière probante sur le bien-être des collaborateurs, et par voie de conséquence, sur les performances globales de l’entreprise. Analyse scientifique d’un métier d’avenir plus challengeant et complexe que ce que l’on pourrait croire de prime abord.

Piloter l’activité avec proximité pour stimuler la Dopamine

La dopamine, qualifiée d’hormone de l’action, intervient dans la motivation, la projection d’émotions positives et nous pousse à aller de l’avant. Un bon niveau de dopamine favorise la mobilisation des énergies et encourage l’activité. L’excès de dopamine engendre l’état euphorique qui incite à rechercher des situations à risque et à l’inverse, une carence de cette substance rend passif, en plongeant l’individu dans un état réactif où il subit les choses, à la limite de la léthargie.

Il y a différents éléments qui favorisent la production de dopamine. L’activité physique augmente le taux de calcium, indispensable pour sa production et son utilisation par les cellules cérébrales. Il en va de même pour l’alimentation saine.

Les messages positifs que l’on reçoit sont aussi un excellent moyen d’augmenter le taux de celle que l’on appelle « l’hormone de la récompense. » Lorsque nous obtenons quelque chose que nous convoitions, de la reconnaissance de nos référents, un succès professionnel ; l’atteinte d’un objectif ; notre cerveau procède à une libération massive de dopamine qui génère une intense sensation de satisfaction.

A ce sujet, de récentes expériences suggèrent que l’anticipation même de la récompense favoriserait la libération croissante de substance et permettrait d’entretenir la motivation tout au long de la tâche effectuée. En d’autres termes, c’est la promesse d’une libération massive de dopamine qui nous incite à agir pour obtenir ce que nous désirons. D’où son rôle central dans le processus de motivation. Nous parvenons ainsi à rester motivés malgré le fait que l’obtention de notre objet de désir soit différée dans le temps. C’est elle que l’on ressent lors de l’atteinte de gros objectifs mais aussi lorsque l’on coche avec satisfaction une tâche de sa To-Do-List ou que l’on fait le tri de ses emails.

A cet égard, le Chief Happiness Officer devra donc être l’ambassadeur du fonctionnement en mode projet. Cette dynamique permet en effet de faire des points réguliers sur l’état d’avancement des sujets, de mesurer le chemin parcouru et de piloter la motivation et l’énergie des équipes dans la durée.

Le taux de sérotonine dépend notamment de la qualité de la relation

L’ensoleillement, le sport, les relations sociales, les pensées positives et les contacts physiques agissent positivement sur l’ensemble de l’organisme à travers une hormone, la sérotonine. Cette dernière influence de façon positive le comportement et l’humeur de l’individu. Elle apporte calme, bien être et confiance en soi. Elle est également responsable du sentiment d’appartenance, de fierté du statut social et joue un rôle dans la mécanique de reconnaissance.

Il incombe donc au Chief Happiness Officer d’intervenir sur l’agencement des espaces de travail, ces derniers ayant un réel impact sur le bien-être des équipes. Des espaces de travail ensoleillés, une salle de sport, une cantine proposant des produits de qualité et sains, sans oublier d’inciter les collaborateurs, à travers l’organisation d’évènements du type cours de yoga, à pratiquer certaines disciplines de développement personnel telle que la méditation, un outil essentiel pour accéder à l’équilibre émotionnel.

La sérotonine est diffusée quand on se sent important et utile. En d’autres termes, comprendre le sens et l’utilité des tâches qui nous sont confiées a un impact prépondérant sur l’envie de les réaliser. La sécrétion de la sérotonine nous apporte alors une humeur positive et constructive et nous permet de mener à bien nos projets.

Le CHO doit donc faire vivre l’idée qu’une entreprise jouissant d’un ADN cohérent verra le bonheur sonner à sa porte. Un ADN cohérent et formalisé permettra en effet à chacun de raccrocher ses tâches quotidiennes à la mission intemporelle de l’entreprise et aura donc, à juste titre, le sentiment d’être utile et de faire un travail qui a du sens et une réelle valeur ajoutée. Bien entendu, l’efficacité de ce levier dépendra aussi de la capacité du système à implémenter des projets pertinents, en cohérence avec la raison d’être de l’entreprise.

L’ocytocine : l’hormone du lien humain.

Elle est l’hormone de l’amour, de l’amitié, de la générosité et du lien humain. Nous la libérons lorsque nous passons du temps à la construction de la relation en face à face, celle qui nécessite une réelle intelligence émotionnelle et non pas celle qui existe via emails ou au travers des réseaux sociaux. Puisqu’elle nous permet de créer de vraies relations, elle renforce également la sensation de sécurité, la confiance, la sérénité et elle donne un coup de fouet à notre système immunitaire.

L’anxiété et le stress chronique fragilise petit à petit notre système immunitaire et inhibe la production d’ocytocine (et avec notre capacité à l’empathie et la générosité) conduisant certains au burn-out. Le stress inhibe aussi notre accès à la pensée claire. En d’autres termes, il nous empêche d’avoir l’esprit disponible pour les raisonnements logiques et l’action efficace. Nous évoluons alors dans les territoires limbiques de notre cerveau, sièges des émotions, avec la peur comme principal « carburant », et nous sommes dans l’incapacité de faire appel à notre cortex préfrontal, siège de la pensée.

Dès lors, il nous est impossible de communiquer efficacement avec nos congénères et chaque échange a de fortes chances d’ajouter encore d’avantage de complexité à une situation déjà tendue. Quand un manager stress ou contribue au stress de ses équipes, il va à l’encontre de l’efficacité et se place aux antipodes du principe même de leadership.

Il incombe donc au Chief Happiness Officer de permettre aux managers de proximité de faire vivre les conditions de la motivation auprès de ses équipes. Donner du sens, fixer des exigences motivantes, favoriser le développement des collaborateurs à travers une valorisation des progrès et des débriefings stimulants, poser un cadre et un système de valeurs en le faisant vivre dans la durée, toutes ces missions auront un réel impact sur l’état d’esprit et le bien-être des équipes. S’ajoute à cela la canalisation de l’affect qui permettra de gérer le stress et de rester factuel dans les moments où la tension sera un peu plus forte qu’à l’accoutumée.

ENDORPHINE : l’hormone du bien être psychique et mental

Il est à noter que le rire et l’activité sportive sont des éléments simples mais particulièrement efficaces pour déclencher la génération d’endorphine. Et ces dernières participent de plusieurs façons à notre santé et à notre bien être psychique et mental :

  • Elles permettent la diminution du stress et de l’angoisse, et par conséquent, favorise les échanges « d’adultes à adultes ».
  • Grâce à elles, le système immunitaire est plus résistant, ce qui contribue en toute logique à diminuer le nombre d’arrêts maladie des collaborateurs même si ceux causés par les virus et les bactéries ne sont pas les plus problématiques. En revanche, les arrêts maladie pour manque profond d’énergie sont en effet bien plus néfastes mais cela tombe bien, c’est aussi au Chief Happiness Officer, à travers la création des conditions de la motivation, de résoudre ce type de problématiques.
  • Elles améliorent de la qualité du sommeil et par voie de conséquence, jouent un rôle prépondérant sur l’humeur, le dynamisme, l’enthousiasme et la concentration des équipes.

Le CHO est donc le garant de l’atmosphère qui règne dans l’entreprise et, à travers des temps collectifs réguliers tout au long de l’année, il favorisera le dynamisme et un état d’esprit positif pour l’ensemble des équipes.

En résumé, les 5 missions transverses, concrètes et centrales du Chief Happiness Officer

Le Chief Happiness Officer doit donc jouer un rôle prépondérant sur l’organisation de l’entreprise à travers cinq missions bien distinctes :

  1. La formalisation d’un ADN cohérent pour donner du sens
  2. Le fonctionnement en mode projet pour garantir l’endurance des équipes
  3. Le développement de l’intelligence émotionnelle des managers
  4. L’agencement de l’environnement de travail
  5. L’organisation de temps collectifs et de moments festifs

Plusieurs études très sérieuses, la plupart venues de prestigieuses universités d’Amérique du Nord tel que Harvard ou le MIT, démontrent une corrélation évidente entre la proportion de salariés heureux et épanouis et la performance globale de l’entreprise à laquelle ils appartiennent. Par exemple, l’étude révèle qu’un « salarié heureux est en moyenne deux fois moins malade, six fois moins absent et qu’il serait neuf fois plus loyal que les salariés peu épanouis dans leur quotidien professionnel. » C’est dire l’immense responsabilité qui repose désormais sur les épaules de celui qui orchestre le bonheur en entreprise. De l’organisation en mode projet aux conditions de travail, en passant par l’agencement des espaces détente et des salles de réunions qui libèrent la créativité de chacun ; sans oublier le développement de l’intelligence émotionnelle des managers de proximité et la cohérence globale de l’ADN de l’entreprise, les champs d’actions du Chief Happiness Officer sont aussi stratégiques que diversifiés. Il s’agit donc bien d’un poste qui, avec l’intérêt croissant des salariés pour le développement personnel, va prendre une place de plus en plus centrale au sein des organisations.

 

 

Churchill, une incroyable énergie au service d’une détermination à toute épreuve

Churchill disait, « Agissez comme s’il était impossible d’échouer. » A l’occasion de l’anniversaire de sa mort, nous revenons sur le parcours hors du commun de celui qui restera le chef de guerre, sauveur du monde libre, qui se dressa contre la barbarie nazie. Soldat, correspondant de guerre, écrivain, peintre, député, Premier Ministre, Prix Nobel ; il n’y a pas de superlatif assez fort pour décrire le parcours de celui que l’on surnommait « le vieux lion ». D’où venait l’incroyable énergie de ce fonceur invétéré ? D’où lui venait la ténacité qui lui a permis de mobiliser derrière lui un pays tout entier ? Analyse de la vie d’un géant qui a marqué le XXème siècle d’une empreinte indélébile.

1.      Une enfance douloureuse résultant d’un profond manque de reconnaissance.

Winston Churchill est issu d’une des plus illustres familles d’Angleterre. Son ancêtre le Duc de Marlborough, John Churchill, a vaincu les troupes de Louis XIV en 1704 et a reçu en récompense le château de Blenheim.

Enfant de l’ère victorienne, passionné par l’épopée de ses ancêtres, il rumine des histoires de soldats, de batailles et de guerres. Il est fasciné par les tapisseries de son aïeul menant des batailles sur son cheval et baigne dans un univers guerrier dès sa plus tendre enfance. Cet environnement aura bien entendu une forte influence sur celui qui passe alors son temps à jouer au petit soldat.

Ce cadre en apparence idyllique masque en réalité la part la plus triste et la plus sombre de son histoire : l’indifférence de ses parents. Trop occupés à courir les mondanités et les garden parties, ils délaissent totalement le petit Winston qui sera éduqué, comme le veut la tradition victorienne, par sa nourrice et pour ainsi dire sa mère de substitution.

Surnommé par ses proches « le petit bulldog », il fait l’unanimité auprès de ses professeurs : c’est un enfant exécrable et odieux, qui gâche de formidables capacités. Sans doute cherche-t-il, à travers ce comportement, à attirer l’attention, lui qui manque constamment de la plus basique reconnaissance parentale. « J’ai grandi dans la poche de son gilet, oublié comme un penny. »

Envoyé en pension assez jeune, il ne reçoit jamais plus d’une visite parentale par an malgré ses supplications incessantes. Pour atténuer sa solitude affective, il peuple son adolescence de lectures et fera de la littérature et de l’écriture un fil conducteur de son aventure épique.

Churchill voue une admiration sans faille à son père. Il apprend par cœur ses discours, remplit des albums entiers où il compile tous les articles et les caricatures, lui vouant au quotidien au véritable culte. Il lui consacrera d’ailleurs deux ouvrages biographiques. Et pourtant, son père, n’ayant à lui offrir que du mépris, le rabaisse constamment. Le plus parlant pour illustrer leur relation tumultueuse reste cet extrait de leurs échanges épistolaires : « Vous êtes la plus grande déception de ma vie et vous ne serez jamais qu’un raté, un perpétuel recalé, un rebus de la société et vous mènerez une vie médiocre et misérable jusqu’à la fin de vos jours. »

Après avoir vu sa carrière politique exploser en plein vol après un vote de son budget contesté, Randolph Churchill meurt prématurément le 24 janvier 1895 à l’âge de 46 sans jamais avoir accordé la moindre reconnaissance à son fil mal aimé. C’est à ce moment que Winston devient réellement Churchill. A 20 ans, il devient un homme pressé, pressé d’accomplir de grandes choses, étant persuadé qu’il mourra jeune lui aussi. Dès lors, il ne s’arrêtera plus et fera preuve d’une détermination à toute épreuve.

2.      La motivation revancharde, source du rêve qui va lui permettre d’écrire l’histoire.

La motivation revancharde nait d’un échec, d’une frustration ou potentiellement d’une humiliation. C’est une scène fondatrice où l’on se dit : « je ferai tout pour laver l’affront, pour ne plus revivre pareille déception ou désillusion ». En l’occurrence, Churchill se dit : « Je prouverai à mon père que je ne suis pas un raté ou la honte de ma lignée, et le seul moyen d’y parvenir, c’est de marquer l’Histoire de mon empreinte. »

Dès lors, il est pressé d’accomplir de grandes choses avant que la mort ne l’emporte à son tour. Cette motivation va lui donner l’énergie de définir un projet extrêmement ambitieux et d’accomplir ses rêves. Il a été le fils indigne, il va mettre toute son énergie pour être à la hauteur de son ancêtre. « L’ Histoire me sera indulgente, car j’ai l’intention de l’écrire. »

Ne voulant pas utiliser son nom, la renommée de son père ou son réseau d’influence, il décide se faire seul pour que l’on ne puisse pas l’accuser de tirer parti de sa filiation. Il part sur tous les fronts de l’empire colonial britannique en quête d’action car il subodore que c’est le moyen pour lui de se distinguer. Inde, Soudan, Cuba, Afrique du sud, il sera célébré à son retour en héros de l’empire. Les articles envoyés du front par dizaines ont bien entendu participés à construire la renommée lui permettant de sortir du lot et d’être élu député à l’âge de 26 ans.

Il participe à 14 élections, écrit 14 livres, des centaines d’articles et de discours, dont plusieurs passeront à la postérité. Il reçoit le prix Nobel de littérature pour son récit de la seconde guerre mondiale et sera également père de cinq enfants. Il fourmillera d’idées tout au long de sa vie.

 » Churchill a deux cents idées par jour dont quatre seulement sont bonnes mais il ignore lesquelles ». Franklin D. Roosevelt

Trompe la mort, il survit à cinq conflits armés où il est en première ligne sans jamais être blessé. Il échappe à trois accidents d’avion qui en auraient tué plus d’un et frôle la mort en se faisant renverser par une voiture à New-York. A l’âge de 65 ans, il devient le dernier rempart pouvant empêcher les hordes nazies d’envahir la Grande Bretagne. Le bulldog sera le symbole de l’Angleterre qui lutte et qui ne renonce jamais.

En revanche, il est intéressant de noter qu’aux moments où Churchill cesse d’être en projet, son extraordinaire énergie l’abandonne aussitôt. Après chaque revers politique et militaire, inévitable en 60 années de carrière politique, la dynamique du projet est brisée. Dès lors, il sombre dans de profondes dépressions qu’il appellera son « black dog ».

Derrière ces revers, c’est son père qu’il décevait, ce qu’il ne supportait que très difficilement. Il luttera toute sa vie dans cette quête du deuil impossible de la reconnaissance du père, celle qu’il n’obtiendra jamais, malgré ses services rendus. Le poids de l’ombre de son père n’a cessé d’être présent et d’orienter obscurément sa vie, qui pouvait parfois être extrêmement sombre. Ce rapport au père revêt un côté totalement obsessionnel tout au long de la vie du fougueux Winston.

3.      Utiliser ses talents naturels pour réaliser ses rêves.

« Deviens qui tu es et accomplis ce que tu es le seul à pouvoir accomplir. » Nietzsche

Ce parcours extraordinaire n’a rien à voir avec la chance. Churchill est plutôt un parfait exemple pour illustrer deux de nos croyances les plus profondes.

Nous n’atteindrons que ce que l’on vise : sans un rêve très ambitieux, la réussite n’est pas possible. Le rêve est moteur, il nous met en mouvement et donne à l’être humain une énergie phénoménale au quotidien. Le rêve de Churchill était de faire de grandes choses pour marquer l’Histoire et ainsi obtenir la reconnaissance de son père, même à titre posthume. Ce rêve ultime a généré en lui une énergie endogène et a guidé ses actes héroïques tout au long de sa vie.

Nous ne pourrons nous réaliser qu’en utilisant nos points forts : il y a des milliers de chemins différents pour réaliser le même rêve mais à titre individuel, un seul et unique chemin nous permettra d’y parvenir. Et ce n’est qu’en étant aligné avec qui nous sommes et en étant lucide sur nos points forts que nous parviendrons à atteindre nos plus belles ambitions. Encore faut-il parvenir à s’autoriser à rêver dans une société où notre cerveau droit, siège de l’onirisme et de l’intelligence émotionnelle, est totalement inhibé depuis notre arrivée à l’école primaire.

Un jour, Winston Churchill confia : « Aujourd’hui, nous sommes le 24 janvier. C’est le jour où mon père est mort. C’est le jour où je mourrai moi aussi. » Churchill tombe dans le coma le 10 janvier 1965 mais, comme il l’avait annoncé 12 ans auparavant, résiste jusqu’au 24 janvier. 70 ans, jour pour jour, heure pour heure après le décès de son père. Même sa mort est un ultime appel à celui qui l’a tant méprisé.

Cette dernière anecdote révèle finalement la clé de l’énigme Churchill. Son moteur secret et les principales facettes de cet homme d’exception ont la même source. Il puise sa puissance guerrière dans la genèse familiale, sa ténacité découlera de son surnom quand il était enfant et ses qualités d’orateurs et d’écrivain découlent de l’admiration qu’il porte aux discours de son père. Son infaillible ambition le pousse à réussir là où son père a échoué pour redorer le blason familial et son incroyable énergie émane de cette formidable mise en projet, rendue possible par la blessure originelle de n’avoir jamais existé aux yeux de son père.

En résumé, la recherche de reconnaissance d’un père idolâtré et une cohérence entre ses actes et ses points forts naturels ; tels sont les fondements qui ont structuré la personnalité complexe de Winston Churchill. C’est une preuve supplémentaire que l’Homme se structure avant tout à travers un besoin viscéral de reconnaissance ; ou à défaut d’en recevoir, à travers une motivation revancharde qui permettra de pallier ce manque insupportable, à condition d’être aligné sur ses points forts. En définitive, le père de Churchill, par son manque d’humanité, a finalement contribué à sauver ce qui restait de l’Humanité.

Sébastien Loeb, ou quand une pierre fait perdre David contre Goliath

Pour sa deuxième participation au rallye-raid mythique, Sébastien Loeb a manqué de (très) peu de rentrer encore davantage dans l’histoire du sport automobile. Il aura lutté sans relâche, « le couteau entre les dents », pour la victoire finale ; au coude à coude pendant près de deux semaines avec celui que l’on nomme Mr Dakar et qui est le maître incontesté de l’épreuve. Un caillou à l’origine d’une crevaison est finalement venu briser les ambitions du nonuples champion du monde WRC qui, en tant qu’outsider assumé, rêvait de déloger Stéphane Peterhansel de son trône.

A cette occasion, nous revenons cette semaine sur le parcours d’un des plus grands champions du sport automobile. Découvert sur le tard, il est le plus titré de sa catégorie avec des records aussi nombreux que stratosphériques. Comment a-t-il fait pour surclasser tous ses concurrents pendant près d’une décennie ? D’où lui vient cet esprit de compétiteur qui lui permet d’empiler les trophées et les records sans jamais être rassasié ? Retour sur les exploits de celui qui demeure d’année en année l’un des sportifs préférés des français.

1.      Une enfance sportive qui forge un caractère de champion.

Issue d’une famille où le sport à toujours occupé une place prépondérante, Sébastien Loeb est « tombé dedans quand il était petit ». Encore très loin des sports mécaniques, il débute la gymnastique à l’âge de trois ans sous l’impulsion de son père, double champion de France universitaire dans la discipline. Et s’il y a un bien un sport synonyme de discipline, c’est bien celui-là !  Sa mère, professeur de mathématique, lui transmettra sans doute la rigueur et la précision d’une science particulièrement structurante.

Des dires de l’intéressé lui-même, le rallye n’est pas un sport qui demande de grandes capacités physiques. Mais dans une discipline où tout peut se jouer à 1/10 ème de seconde, il ne faut rien laisser au hasard. Une excellente condition physique peut donc faire la différence quand il faut aller puiser dans ses dernières ressources physiques et mentales pour l’emporter. Le physique d’athlète permet alors de ne pas s’épuiser et de rester concentré jusqu’au drapeau à damier. Cela a sans doute été un avantage précieux ces deux dernières semaines, les conditions climatiques étant dantesques.

De plus, lorsque l’on se retrouve face à des juges qui dissèquent et décomposent l’ensemble des nos mouvements, il est indispensable d’être en recherche constante de la perfection. Sébastien Loeb est l’un des pilotes à l’origine de l’introduction dès le début des années 2000 d’un nouveau style épuré de conduite, copié par leurs successeurs et faisant encore aujourd’hui office de référence. Cette nouvelle approche consiste à rechercher systématiquement la trajectoire optimale. Concrètement, il adopte des techniques de freinage beaucoup plus en ligne et prescrit le survirage lors des entrées en courbes afin de limiter au maximum les phénomènes de glisse et ainsi conserver la meilleure vitesse de pointe possible.

Ainsi donc, dès son plus jeune âge, l’alsacien se familiarise avec l’exigence d’un sport qui lui permet d’intégrer l’ensemble des paramètres de la réussite sportive. A l’âge de six ans, il truste déjà les podiums avec une culture de la gagne chevillée au corps. Il y apprend le goût de l’effort, la gestion du stress et de la concurrence, l’esprit de compétition, la concentration et aussi, l’équilibre. 

Tous ces fondements structurent très tôt la personnalité de celui qui a la réputation d’aller systématiquement au bout des choses. Durant toute son enfance, il enchaine les compétitions et se construit un joli palmarès, qui, à n’en pas douter, aurait pu le conduire jusqu’aux Jeux Olympiques. Il sera quatre fois champion d’Alsace, une fois champion du Grand Est et finira 5e au Championnat de France. Déjà à l’époque, rien ne le motive plus que la victoire. Mais voilà, quelqu’un a eu la bonne idée de lui mettre un guidon entre les mains.

2.      Des référents qui le structurent et l’accompagnent jusqu’au sommet

« De toute façon, il n’y a qu’une chose qui m’intéresse c’est la première place. Le reste ne m’intéresse pas »

Un peu avant ses quatre ans, ses parents, référents primaires, qui accompagnent toutes les premières aventures, lui offrent un vélo avec lequel il ne perd jamais une occasion de faire la course. Il voue une passion sincère et véritable à la vitesse. Que ce soit sur un tricycle, une mini-moto ou une « mob’ », la seule chose qui compte pour lui, c’est de « finir devant. »

Rapide, téméraire, il a un sens inné du pilotage qu’il développe en mobylette sur les parkings, dans les bois, et surtout, sous le regard de son père pendant les compétitions. Très vite, ce dernier sera d’ailleurs interpellé par ses exceptionnelles capacités.

Sebastien Loeb sera aussi regardé et valorisé par ses référents tertiaires (famille et amis), notamment par sa grand-mère. Elle sera son premier sponsor en lui offrant ce fameux « premier volant » dont rêves tous les jeunes pilotes en lui permettant l’achat de sa toute première voiture. Le regard valorisant de ses amis, prépondérant à l’adolescence, n’est pas en reste puisque lui et ses compères passent tout leur temps libre à faire la course avec leurs bolides, au grand damne du voisinage.

La rencontre qui va changer la vie de Sébastien Loeb arrive sur le tard, lorsqu’il a 21 ans. A l’issue de l’opération rallye jeune où il a brillé, Dominique Heintz lit un article sur lui et décide de le prendre sous son aile. Ce dernier va même jusqu’à hypothéquer sa maison pour financer les débuts du jeune prodige.

Dans la foulée, c’est au tour du directeur de la branche sportive de Citroën, Guy Fréquelin, de jouer le rôle de référent secondaire, sorte de père spirituel qui manage et qui coach en accompagnant le développement de l’individu, généralement jeune adulte, au quotidien. La particularité de Guy Fréquelin : parvenir à faire la synthèse complexe et subtile entre exigence et bienveillance. Ce mentor pousse le champion en devenir dans ses retranchements et le challenge au quotidien tout en veillant sur lui avec patience et bienveillance.

Autour de lui, c’est un noyau dur d’une quinzaine de personnes qui l’aide à se structurer et qui a un réel impact sur ses performances.

3.      Le travail au quotidien pour aller toujours plus vite et briller dans la durée.

2003 sera une année charnière, de celles qui voient naître un levier motivationnel extrêmement puissant : la motivation revancharde. Lors du dernier rallye de la saison, Loeb, alors deuxième, doit jouer la sécurité et laisser filer le titre en assurant la deuxième place pour garantir à Citroën le titre constructeur. Professionnel, et avec un esprit d’équipe et de camaraderie chevillé au corps, il obéit aux ordres sans faire de vague et jure que l’on ne l’y reprendra plus. Il comprend que chaque point compte ; et qu’il ne faut jamais se relâcher, même avec une avance confortable au classement.

Un des secrets de l’alsacien ? un système de note unique pour décrire la piste, élaboré avec son co-pilote et ami Daniel Elena. D’année en année, le code est peaufiné, corrigé, amélioré et répété avec un souci du détail impressionnant. Même si la spéciale est identique, tout est remis systématiquement à plat. Les notes sont retranscrites avec beaucoup de précision : angle du volant, présence de gravier ou de boue. Daniel Elena donne le rythme et la cadence au pilote par la voix. Les notes sont pour ainsi dire « chantées » par dans le bon tempo.

Aux dires de son épouse, qui a parfois été sa co-pilote, il fait preuve d’un calme et d’une concentration à toute épreuve. Son passé de gymnaste nous invite bien entendu à la croire sur parole. C’est, à n’en pas douter, son sens du détail et son perfectionnisme qui lui permettent, à l’image de Teddy Riner, de minimiser la « pression d’enjeu », la pression sur le combien, sur le résultat final. Il ressent alors plutôt une « pression sur le jeu », sur les moyens concrets, sur le comment atteindre les résultats escomptés.

« Quand j’arrive à la limite, il s’ouvre un espace de liberté. Sébastien Loeb »

Sa mission intemporelle, cette fameuse quête frénétique de vitesse optimale le pousse et lui donne l’énergie de se soucier perpétuellement des moindres détails. A l’image de la préparation minutieuse des 24 heures du mans 2006 où lui et ses coéquipiers terminent sur la deuxième marche du podium, il fait plusieurs le tour de reconnaissance en scooter et ne commettra aucune erreur. Chez lui, le souci du détail tourne à l’obsession, et, à l’image d’un maestro, il répète ses gammes encore et encore. Il n’y a aucune place à l’improvisation pour celui qui termine le plus souvent tout en haut du podium.

En résumé, Sébastien Loeb est un passionné de vitesse qui a su élever sa discipline au rang d’art. Les qualités valorisées dans son enfance, son goût de l’effort, sa rigueur, sa précision et son perfectionnisme, ont permis à l’actuel record man du Pikes Peak de régner sur le monde du rallye pendant près d’une décennie. A l’issue de sa deuxième place de ce week-end, le champion nous laisse avec l’agréable pressentiment que l’on va le retrouver sur la prochaine édition du Dakar et qu’à cette occasion, il finira sur la plus haute marche du podium et rajoutera une nouvelle ligne, et quelle ligne, à son époustouflant palmarès. On prend les paris ?

Pourquoi l’Homme a t-il tant besoin de reconnaissance ?

Que peuvent bien avoir en commun une dame âgée qui papote avec la caissière du supermarché le lundi soir à l’heure de pointe, un enfant qui écrit au feutre sur les murs de sa chambre et un salarié en rejet total de la stratégie de son entreprise ? Peut-être l’aurez-vous deviné, chacun manque à différents degrés du besoin universel de l’être humain : la reconnaissance.

D’où nous vient ce besoin vital ? Pourquoi est-il indispensable à notre épanouissement ? Et surtout, que se passe-t-il lorsque celui-ci n’est pas assouvi ? Retour sur un besoin fondamental trop souvent galvaudé malgré son impact déterminant sur la motivation des équipes, et par conséquent, sur les performances de l’entreprise.

  1. Des expériences scientifiques et anthropologiques qui prouvent que la reconnaissance est vitale pour l’Homme.

Lorsque l’on demande à quelqu’un de quoi l’être humain a besoin pour vivre, la réponse qui revient le plus souvent et de manière très spontanée est « Boire, manger, dormir ». Une réponse somme toute logique, notamment lorsque l’on pense aux besoins énoncés par Maslow. « L’expérience interdite » de l’empereur Frédéric II nous montre que sa fameuse pyramide éponyme est cependant incomplète, voire erronée.

Au treizième siècle, Frédéric II, empereur du saint empire romain germanique, passionné par les langues (il en parlait 9) se demanda qu’elle était la langue naturelle que parlerait l’être humain s’il n’était pas influencé par le dialecte utilisé par son entourage.

Pour mener à bien cette quête de la langue originelle, il confie six orphelins à des nourrices. Il demande à ces dernières de subvenir à tous les besoins physiologiques des bébés mais leur interdit de leur parler et de discuter entre-elles en présence des nourrissons. Les infirmières s’en occupent alors de façon automatique sans un lien privilégié d’attachement. Privés d’affection, les jeunes enfants dépérirent et finirent tous par mourir.

Dès les années trente, le psychiatre René Spitz nommera cet état l’hospitalisme. En observant le comportement de bébés placés dans une pouponnière de prison et séparés de leurs mères délinquantes, il constata avec effarement l’évolution dramatique de l’état psychologique des nourrissons.

Le premier mois, les enfants sont tristes, pleurent et recherchent le contact physique avec tout adulte à proximité. A partir du second mois, Spitz constate un arrêt du développement et le début de la perte de poids. Puis, au bout de trois mois, l’enfant refuse le contact, la nourriture, il a des insomnies. Il demeure anxieux et indifférent. L’enfant est vide, totalement absent, abattu, il a une activité répétitive : il se berce lui-même, suce le pouce avec le regard perdu, et parfois même, il se tape pour provoquer une interaction. Il n’y a plus aucun intérêt pour les gens et l’environnement.

Dans sa pyramide éponyme, Maslow place le sentiment d’appartenance, et par conséquent la socialisation, au troisième étage des besoins de l’être humain. Ces expériences et ces observations tendent à prouver, de façon irréfutable, qu’homo sapiens est avant tout un animal social qui a besoin d’interactions d’ordre affectives avec ses semblables.

  1. Un besoin vital qui va s’ancrer dès la naissance et durer toute notre vie.

Nous avons tous en tête l’image du tout jeune poulain qui se tient sur ses quatre pattes quelques minutes à peine après être sorti du ventre de sa mère. Les nouveaux nés des espèces nidifuges ; à savoir la plupart des proies, les herbivores et certaines espèces d’oiseaux ou de cétacés ; font preuve d’une formidable autonomie quelques minutes seulement après la naissance. Il est en effet vital pour la survie de l’espèce qu’ils soient capables de se déplacer rapidement pour échapper aux prédateurs.

A l’inverse, l’espèce humaine n’est autonome que très tardivement. Edenté, incapable de tenir debout, totalement impotent, le « petit d’homme » n’est finalement qu’un grand prématuré incapable d’autonomie avant environ une vingtaine de mois. Ceci n’est que la conséquence de la merveilleuse capacité d’adaptation de la nature.

Pourquoi diable mère nature ferait-elle cela ? La naissance au terme de 9 mois n’est que la résultante de deux bouleversements majeurs survenus durant notre longue évolution. Le premier bouleversement date d’homo erectus : le redressement et le passage à la station debout. Lorsque l’espèce humaine est devenue bipède, notre bassin s’est rétrécie rendant impossible une gestation trop longue pour la mère.

Deuxième bouleversement, l’utilisation d’outils par homo habilis. L’accès régulier et pour ainsi dire quotidien à des protéines issues de la chasse a grandement augmenté nos capacités cérébrales et la taille de notre boite crânienne. La nature, qui sait faire preuve de pragmatisme, s’est une fois de plus adaptée en trouvant un juste équilibre entre la taille du bassin et le volume de la boite crânienne.

Cet état « végétatif » nous rend totalement dépendant du regard de nos parents. C’est la raison pour laquelle les enfants sont des boulimiques de reconnaissance et ne se lassent jamais d’être observés, valorisés voire sur-applaudis dès lors qu’ils sont en présence des référents indispensables à leur épanouissement.

Le besoin de reconnaissance est une des principales sources de motivation de l’enfant. Quel parent n’a pas en mémoire des enfants surexcités autour de lui durant une conversation téléphonique qui s’éternise un peu ? Le message subliminal envoyé par l’enfant est : « regarde-moi ».

Quand on ne s’intéresse pas au dessin qu’un enfant a fait sur une feuille, il colorie les murs et obtient ce qu’il désire, de la reconnaissance. Reconnaissance certes négative (il se fait gronder), mais de la reconnaissance tout de même. La plupart des bêtises des enfants sont liées à un manque ponctuel d’intérêt pour ce que fait l’enfant. Bien entendu, l’inconscient préfère la reconnaissance positive. Mais il préfèrera toujours la reconnaissance négative à l’indifférence qu’il ne pourra jamais supporter.

  1. A l’âge adulte, le manque de reconnaissance a un impact tout aussi désastreux.

Si les enfants sont des boulimiques de reconnaissance, il en va exactement de même pour les adultes. L’octogénaire qui va faire ses courses à l’heure de pointe cherche simplement « à voir du monde » et tente de combler la solitude qui l’accable au quotidien. Même si c’est agaçant pour les actifs pressés et stressés, il faut garder à l’esprit que pour elle, un peu comme le passage du facteur dans certains villages, une des rares occasions de socialisation.

Les personnes âgées sont souvent sujet à la solitude avec des conséquences non moins dramatiques. Cela se traduit en premier lieu par un déclin de l’attention portée à soi. Après tout, si personne ne vous voit, à quoi bon prendre soin de son apparence ? S’en suit alors un arrêt de l’alimentation, des démences séniles telles que l’invention d’un monde imaginaire, et dans les pires cas, des complications neuropsychologiques.

L’isolement empêche la verbalisation des affects et donc la possibilité de communiquer nos émotions et ressentis, nos angoisses et nos peurs aux autres et se faisant de les soulager en partie. Cela engendre Dépressions, attaques de paniques, troubles émotionnels, diminution des capacités d’analyse et de repérage dans le temps et l’espace, problème de mémoire, désorientation, absences… Toutes ces manifestations de la solitude ne sont pas sans rappeler l’hospitalisme des nourrissons livrés à eux-mêmes.

Au sein de l’entreprise, le manque de regard de la part du manager, référent secondaire indispensable à l’épanouissement de l’individu, a de nombreuses conséquences. Cela provoque des comportements nocifs, ceux-ci ayant de profonds impacts sur la performance globale de l’entreprise.

Le schéma de la démotivation.

Ces symptômes vous rappellent certains de vos collègues ? Ne cherchez plus, ils sont tous la conséquence d’un seul et même syndrome : le manque de reconnaissance de la part de la hiérarchie. L’impact des difficultés personnelles est bien évidemment à prendre en compte mais dans la grande majorité des cas, dès que l’on creuse un peu, on s’aperçoit qu’il s’agit là encore d’une cruelle absence de regard.

Vous en conviendrez, l’absence de reconnaissance n’a vraiment rien de réjouissant. A contrario, recevoir de la reconnaissance de la part des référents qui comptent réellement à nos yeux est une source phénoménale d’énergie qui nous permet de déplacer des montagnes.

  1. L’impact extrêmement positif sur notre motivation lorsque le besoin de reconnaissance est assouvi.

En ce qui concerne les effets positifs de la reconnaissance sur l’être humain, ils sont aux antipodes des conséquences évoquées précédemment.

Parents, vous voulez que votre enfant développe sa fibre artistique ? Intéressez-vous à ses dessins. Vous voulez qu’il devienne champion de basket ? Jouez avec lui et allez voir ses matchs ! Dans la prime enfance, toute la reconnaissance positive reçue de la part des référents primaires nourrie l’estime de soi dans les domaines valorisés et nous permet de développer nos points forts.

Quand on analyse le parcours des grands champions ou de ceux qui rencontrent des succès hors du commun, on retrouve systématiquement le même dénominateur commun : enfants, ils ont tous été sur-applaudis dans leur domaine de prédilection et ont cultivé des points forts spécifiques générateurs d’un cercle vertueux extrêmement puissant.

« On s’intéresse à moi quand je fais ça, j’ai d’autant plus envie de le faire, je prends du plaisir, j’obtiens de supers résultats, je reçois un regard positif parce que je réussi etc ». Mozart, Verdi, Tiger Woods, les sœurs Williams, Kilian Jornet et tant d’autres ; tous ont développé leurs talents exceptionnels sur la base de l’intérêt qu’ils suscitaient auprès de leurs parents.

De même, la reconnaissance est une source majeure d’énergie, et par conséquent de motivation pour le collaborateur. Il est alors dynamique et enthousiaste, il est proactif, il anticipe les problèmes et vient avec des solutions, il prend des initiatives et surtout, il se remet facilement en question. L’écoute active, qui est la meilleure façon de donner de la reconnaissance à un adulte, est alors l’outil le plus efficace pour valoriser, débriefer, faire grandir… Il est par conséquent indispensable (mais pas suffisant pour autant) pour créer les conditions de la motivation au sein d’une équipe.

En définitive, le regard de nos proches et de nos managers de proximité a un impact absolument déterminant sur notre bien-être ainsi que sur notre santé physique et mentale. Ce besoin existentiel explique peut-être aussi pourquoi nous acceptons de livrer en pâture notre vie privée sur les réseaux sociaux… mais ceci est une autre histoire.

Valoriser un collaborateur : mode d’emploi

Votre collaborateur a pris une excellente initiative ? Peut-être s’est-il démené pendant des mois sur un dossier ?  A-t-il réussi pour la première fois quelque chose de nouveau ou alors a-t-il progressé d’une façon significative sur un de ses axes d’amélioration ? Quoi qu’il en soit, vous êtes épaté et vous voulez le récompenser. Oui mais comment ? Une chose est sûre, un vague compliment atteindra rapidement ses limites.

Continuer la lecture de « Valoriser un collaborateur : mode d’emploi »